Amy Macdonald nous offre un aperçu profond de son âme à l’Alten Oper de Francfort.

Lors du concert à guichets fermés de l’Alte Oper de Francfort, Amy Macdonald donne à ses chansons les plus personnelles de nombreux accents nouveaux en version acoustique, mais reste fidèle à elle-même.

La tournée de concerts à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Woman Of The World » pour Amy Macdonald est d’autant plus personnelle qu’elle parle plus que jamais au cours du concert. Elle raconte des anecdotes personnelles sur de nombreuses chansons et fournit des informations de base sur leur développement.

Toujours accompagnée d’une guitare, d’une contrebasse, d’un violon, d’un violoncelle et d’un multi-instrumentiste qui joue du piano et du cajón, elle emmène le public en voyage. Elle oscille entre ballades émouvantes et chansons légères, aériennes, avec beaucoup de tempo et de charme.

En dehors des ballades émotionnelles, ce sont surtout les chansons rapides qui font sortir le public de sa place plusieurs fois. Après une journée très ennuyeuse (comme elle le dit elle-même), Amy a besoin de son public à la limite pour ces représentations. Elle s’est donc vraiment lancée avec « Spark ». Avec le grand succès « Mr. Rock and Roll », tous les spectateurs se lèvent, applaudissent et chantent.

Dès les premières notes de « This Is The Life », le public est immédiatement sur ses pieds, dansant, chantant et sautant avec la mélodie énergique. C’est du pur fun qui dure jusqu’au rappel avec la chanson Feel Good « Life In A Beautiful Light ». Enfin, l’énergique « Poison Prince », célébré par des ovations debout, libère le public dans la nuit.

Back To Top