Amy MacDonald mardi soir à l’Admiralspalast de Berlin.

Au Palais de l’Amiral, Amy MacDonald débranche la prise. Débranchée, car elle donne plus d’espace à ses coups. Et montre à quel point elle écrit bien ses chansons.

Douze ans ont passé depuis que MacDonald a conquis la radio allemande avec ses chansons Pop Folk Rock

« Berlin est probablement la ville la plus cool du monde « , explique Amy. « Tout le monde le sait, sauf les gens qui vivent ici. » Elle parle beaucoup ce soir-là, ça n’a pas toujours été comme ça. Au début de sa carrière, elle aimait jouer des concerts. Elle est devenue plus sûre d’elle, une « femme du monde ».

Pour les histoires, elle prend du temps, mais aussi musicalement.

Heureusement. La chanson « Don’t Tell Me That It’s Over », en fait très urgente, reçoit une toute nouvelle coloration avec des violons doux et un piano.

Il est dommage que Berlin soit la première ville où tout le monde ne s’est pas levé. Le public vieillit aussi.

Mais la soirée prouve avant tout que Amy MacDonald est une auteure-compositrice forte dont les chansons sont très bien écrites.

Back To Top